IMG 4138

Dans le cadre du CASDAR HerbValo auquel ont contribué 10 agriculteurs de Basse Normandie, un voyage d’étude sur la gestion des prairies et du pâturage a été organisé pour les remercier de leur contribution volontaire. Le projet Herbvalo avait pour but d'améliorer les connaissances sur la gestion des prairies, afin de mieux les valoriser et d'identifier des "bonnes pratiques". Un premier temps de recensement des méthodes de gestion du pâturage de 2017 à 2019 sur plus de 300 parcelles a permis de collecter des données. Un second temps d'analyse mènera à une restitution, prévue en 2021.


Ainsi, les 15 et 16 septembre derniers, 14 agriculteurs CIVAM de Basse Normandie sont allés dans le Finistère, visiter deux fermes aux systèmes 100% herbe mais très différentes tant sur leur gestion de l’herbe que dans leurs méthodes de production. Ce voyage a aussi permis aux agriculteurs de rencontrer le CIVAM local ainsi que deux chercheures de l’INRA.

 

 

 


Voici un résumé des temps forts de ce voyage d’étude :


JOUR 1 : VISITE DU GAEC LE BERRIGAUD (GOURIN, 56110)

Le séjour a commencé par la visite du GAEC Le Berrigaud géré par Goulwen, Gwelatz et leurs parents Anita et Joseph. Leur système est en 100% herbe et bas carbone, ils visent le « 0 plastique, 0 fauche, 0 stock, 0 tracteur ». La ferme en bio depuis 2011, n’a cessé d’évoluer et d’essayer de nouvelles pratique au fur et à mesures de l’installation des frères : passage en micro BA, début des vêlages groupés de printemps en 2015 et test de la monotraite sur 2 à 3 moins avant le tarissement. Suite à la reprise d’un site céréalier de 85 ha entièrement re-semé en prairies, ils ont totalement arrêté le maïs et ont acheté un troupeau de jersiaise nourries au 100% herbe. En 2019 il sont passés à la monotraite à l’année et ont arrêté la production annexe de céréales. Actuellement, ils n’utilisent plus aucun aliment fermenté pour le bétail. Les vaches pâturent toute l’année et sont complémentées au foin si nécessaire, uniquement lors du pâturage hivernal. Ces prairies sont spécialisées pour l’utilisation hivernale : il n’y a qu’une seule utilisation par pâturage en hiver et une fauche est réalisée en fin de printemps. L’objectif final sur les prairies est de ne plus faucher ni faire de sursemis. Pour 2021, ils prévoient de diversifier leur production en installant une paysanne boulangère sur quelques ha.


Présentation globale du système :

Surfaces :

  • SAU : 150 hectares
  • SFP : 150 hectares (100% herbe)

Animaux :

  • Ration : 100% herbe
  • UGB : env. 185 UGB
  • Nombre de vaches : 150 VL
  • Production des VL : 2700 L/VL (augmentation)
  • Lait produit : 380 à 400 000 litres
  • Race : kiwi et jersiaises
  • Taux de renouvellement : env. 15 %

 

Système :

  • Production : lait, chez Biolait
  • Main d'oeuvre : 4 UHT (dont 4 UTH familiaux)
  • Salle de traite : 2*20= 1h30 à 2h

Assolement :

  • 100 % herbe

 

 

ImageBerrigaud 

Leurs objectifs sont globalement atteints et en cours d’amélioration :

  • Temps de travail : 35h par semaine annualisée par associé(50h actuellement en période d’astreinte, sinon 3h30/jour l’été de 7h30 à 11h)
  • Travailler 1 week-end sur 4 (actuellement 1 we /2) et 5 semaines de vacances.
  • Rémunération à hauteur de 15€/h (ils y sont déjà)
  • Rester à 4 sur la ferme après le départ des parents, et rechercher des associés pour diversifier la ferme (paysan boulanger, maraicher, etc)
  • Vaches en extérieure toute l’année -> Vaches légères
  • Globale : limiter l’impact Carbone

 

ENTRE DEUX JOURNÉES DE VISITE : PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DES PROJETS PERPET ET OASYSIMG 4140

Suite à la visite, Françoise Vertes, responsable de l’UMR de Quimper (INRAE), nous a présenté les conclusions du projet de recherche PERPET. L’objectif de cette étude était de comprendre pourquoi et comment faire vieillir des prairies productives, afin d’accroître la longévité des prairies pâturées. Pour en savoir plus sur ce projet et ses résultats : voir.

Le soir quelques membres du CIVAM du Finistère nous ont rejoint pour nous présenter leur travaux sur la valorisation de la végétation semi-naturelle par l’élevage et partager un repas convivial.

Le deuxième jour a débuté avec une intervention en visioconférence de Sandra Novak, directrice du centre de Lusignan (INRAE) et responsable du projet OasYs. Elle est spécialiste de la question des arbres fourragers et mène une expérimentation à l’échelle du système pour produire du lait «bioclimatique» : économe en eau et en énergie, et contribuant à une agriculture durable. Le dispositif comprend 90 hectares de prairies et cultures, 72 vaches laitières et leurs génisses. Il L’approche systémique et agroécologique induit un objectif global de valorisation des ressources propres et naturelles du milieu et à toutes les saisons. En partant de l’hypothèse qu’une plus grande diversité, bien gérée, permet de concilier niveaux de production et performances environnementales élevées et d’augmenter la résilience du système.


JOUR 2 : VISITE DU GAEC DE TRÉVARN (SAINT URBAIN, 29800)

Le voyage d’étude s’est terminé avec la visite du GAEC de Trévarn, géré par les frères Glinec : Jean-François (paysan botaniste, membre et contributeurs du Conservatoire Botanique National de Brest) et Olivier, installés en 1996 sur 72 ha et avec 90 VL. Du fait de l’attrait de Jean-François pour la botanique et la biodiversité, les frères ont beaucoup enrichi leur système de leurs connaissances et sont passés progressivement en système tout herbe (fraîche, enrubannée et foin). Depuis 2010 ils sont passés aux vêlages groupés de février à mai, pour tarir les vaches 8 semaines l’hiver et diminuer le rythme. A partir de 2013 ils ont commencé à diversifier leur système de production en installant un maraîcher sur leur ferme. Puis enchantés de cette association, un micro-brasseur les rejoint ensuite en 2015. La conversion en agriculture biologique n’était ni une priorité ni un besoin pour eux, mais ils décident finalement de faire le pas en 2018, cela n’a rien changé à leurs pratiques ni à leur système mais leur travail est à présent mieux rémunéré, gardant une fiscalité classique de GAEC et ne cautionnant pas la micro-BA. Présentation globale de leur système :

 

Surfaces :

  • SAU : 72 hectares +30 à 40 en PN
  • SFP : 72 hectares (100% herbe)

Animaux :

  • Ration : 100% herbe
  • UGB : env. 83 UGB
  • Nombre de vaches : 70 VL
  • Production des VL : 3,5 à 4000 L/VL (selon la sécheresse)
  • Lait produit : 260 000 litres
  • Race : Montbelliarde / jersiaises / + souches Néozélandaises
  • Taux de renouvellement : 16 %

 

Système :

  • Production : lait chez SODIAL + fromagerie
    + maraichage +brasserie
  • Main d'oeuvre : 2 UHT pour le lait
  • Age des prairies : 20 à 30 ans

Assolement :

  • 100 % herbe

 

 

ImageBerrigaud 

Les objectifs et valeurs de leur système sont :

  • Respecter et protéger la biodiversité et les paysages, la qualité des produits et la vie rurale. Adapter le travail à la végétation endémique et la préserver (10 km de haies et talus)
  • Maintenir la multifonctionnalité du site
  • Limiter toutes les charges (pas de concentré, pas de contrôle laitier, achat uniquement de 2T de blé par an pour les veaux) et coûts de production (autonomie alimentaire, pas de maïs, pas de retournement de prairie)
  • Continuer de se dégager un revenu correct (2,5 smic/UTH) sur l’atelier lait