Témoignage de Marc Monville, éleveur à Hautot-le-Vatois (76) - Groupe Herbe du Pays de Caux

“Cette année, je me suis questionné sur la fertilisation de mes dérobées. En effet, au début du printemps, ma dérobée RGI-trèfle, semée le 25 septembre, semblait vert-clair et démarrait peu. Les technico-commerciaux du secteur m’incitaient à remettre de l’azote. Pourtant, j’avais déjà mis 25 t fumier/ha… Un ami en bio m’a dit qu’elle n’allait pas tarder à démarrer, il fallait juste attendre la chaleur et la minéralisation du fumier. J’hésitais... J’ai donc fait des bandes de test : 0 uN ou 50 uN de solution azotée. 

Je les ai fauchées le 15 avril, pour semer un maïs. Les deux zones avaient une même hauteur d’herbe, mais la bande fertilisée pesait un peu plus lourd/m² (3,9 vs 3,6 kg bruts/m²), était plus verte, me semblait mieux visuellement. Mais on a fait des pesées et des analyses de valeur alimentaire pour comparer quand même. 

test fertilisationEt là, j’ai été surpris du résultat : 

La matière sèche était plus faible dans la bande avec 50 uN : 17,7 % contre 19,8 % dans la bande sans azote minéral.  Finalement, en matière sèche, c’est la bande sans azote minéral qui a fait le plus de rendement : + 0,2 tMS/ha. Et la valeur alimentaire est identique dans les deux cas : 0.99 UFL/ kgMS, 68 ou 73 gPDI/ kgMS (0 uN vs 50 uN), 1.1 UEL/ kgMS. 

Bien sûr, c’est une mini-expérimentation, et il faudrait confirmer les résultats. Mais en tout cas, mettre de la solution azotée n’a fait que ramener de l’eau.

L’année prochaine, je me passerai de la solution azotée.”